La fille du train

 

Maison d'édition : Pocket

Date de parution : 08/09/2016

Prix chez l'éditeur : 7.80 €

Nombre de pages : 456

Nombre de tomes : 1

 

 

Résumé

 

Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : à 8 h 04 le matin, à 17 h 56 le soir. Et chaque jour elle observe, lors d'un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants : Jason et Jess. Un couple qu'elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l'être par le passé, avant qu'il ne la trompe, avant qu'il ne la quitte. 
Jusqu'à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. La jeune femme aurait-elle une liaison ? Bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, Rachel décide d'en savoir plus. Quelques jours plus tard, elle découvre avec stupeur la photo d'un visage désormais familier à la Une des journaux : Jess a mystérieusement disparu... 

 

 

Mon avis

 

J’ai lu ce roman avec un train de retard. J’en ai beaucoup entendu parler, certain ayant adoré et d’autres n’ayant pas accroché. Quant à moi, je suis très mitigée sur cette lecture… Le thème abordé a éveillé ma curiosité car je trouvais que ce thriller semblait très réaliste. Une femme  observe la même maisonnée d’un jeune couple chaque jour, à travers la vitre du train.  Elle s’approprie leur vie, leur donne des surnoms « Jess » et « Jason », les imagine  dans la vie de tous les jours, les idéalise un maximum. Cela rend cette femme, Rachel, comme étant un personnage très perturbée, qui ne supporte plus sa propre existence et fait une sorte de fixation sur ce couple « parfait ». Cette obsession prend fin le jour où Rachel découvre « Jess » dans les bras d’un autre homme.

On se sent plutôt mal à l’aise avec les protagonistes de ce roman. Ils sont douteux, ni bon, ni mauvais, on n’arrive simplement pas à leur mettre une étiquette et une émotion particulière. Ils ne m’ont pas semblé attachants et l’extrême lenteur de la narration n’a pas éveillé  ma curiosité. Je tiens à signaler que la construction de cette histoire est très bien menée et que la plume de l’auteure est très accessible. Seulement, ce rythme excessivement mou n’a pas rendu justice à l’histoire, me concernant. Malgré la psychologie intéressante de tous ces personnages, je n’ai pas réussi à accrocher pendant les ¾ du roman. Je suis mitigée car les cent dernières pages ont réellement attirée mon attention. Un rythme plus soutenu pour ce genre de roman a été une vraie délivrance pour moi. J’ai donc refermée ce livre en ayant été ravie de la fin malgré mon grand manque d’enthousiasme pour les 350 premières pages.

Une découverte livresque qui, finalement, me laisse le sentiment de ne pas voir trouvé ma place de lectrice vorace, dans cette histoire.

 

cat 3 sur 5

 

 

***************