Trois saisons d'orage

 

Maison d'édition : Viviane Hamy

Date de parution : 05/01/2017

Prix chez l'éditeur : 19.00 €

Nombre de pages : 272

Nombre de tomes : 1

 

 

Résumé

 

Les Fontaines. Une pierre cassée au milieu d'un pays qui s'en fiche. Un morceau du monde qui dérive, porté par les vents et les orages. Une île au milieu d'une terre abrupte. Je connais les histoires de ce village, mais une seule les rassemble toutes. Elle doit être entendue. L'histoire d'André, de son fils Benedict, de sa petite-fille, Bérangère. Une famille de médecins. Celle de Maxime, de son fils Valère, et de ses vaches. Une famille de paysans. Et au milieu, une maison. Ou ce qu'il en reste.

Trois générations confrontées à l'Histoire et au fol orgueil des hommes ayant oublié la permanence hiératique de la nature. 
Saga portée par la fureur et la passion, Trois saisons d'orage peint une vision de la seconde partie du XXe siècle placée sous le signe de la fable antique. Les Trois-Gueules, " forteresse de falaises réputée infranchissable ", où elle prend racine, sont un espace où le temps est distordu, un lieu qui se resserre à mesure que le monde, autour, s'étend. Si elles happent, régulièrement, un enfant au bord de leurs pics, noient un vieillard dans leurs torrents, écrasent quelques ouvriers sous les chutes de leurs pierres, les villageois n'y peuvent rien ; mais ils l'acceptent, car le reste du temps, elles sont l'antichambre du paradis. 

 

 

Son avis

 

Un médecin décide de s’installer dans un hameau pour fuir les fantômes qui le hantent. Il est bientôt rejoint par son fils. On suit alors l'évolution de ce personnage, ainsi que de sa descendance ; et leurs tentatives de s'inscrire dans ce milieu âpre.
Cécile Coulon conte l'orgueil des hommes, de cette famille qui aspire à un bonheur conquérant, confronté à l’imprévisibilité de la nature, celle qui les entoure autant que celle qui les habite.
L'auteure s'appuie sur un canevas solide pour broder un récit ambitieux, servi par une écriture riche et imagée.


On la devine imprégnée par son histoire à tel point qu'elle tend à trop détailler les sentiments, trop s'attarder sur son décor ou la psychologie des personnages, au détriment de l’ambiguïté et la simplicité qu'exige parfois ce type de roman.
À force de détails, on perd en naturel.


Un roman naturaliste sur lequel plane les ombres de Zola ou Maupassant. Elle n'en a pas l'épaisseur ni la noirceur. Ni la justesse dense d'un Giono. Mais elle se frotte avec audace et talent à un genre, peuplé de monuments. Et n'a pas à rougir.
En faisant fi de ces références pesantes, on doit reconnaître que jaillissent bien des promesses dans ce roman encore jeune.
Une auteure talentueuse à suivre !

Birdman

cat 4 sur 5

 

 

***************