Le cri

 

Maison d'édition : XO Editions

Date de parution : 08/09/2016

Prix chez l'éditeur : 19.90 €

Nombre de pages : 494

Nombre de tomes : 1

 

 

Résumé

 

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre... 

Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l'hôpital semble si peu à l'aise avec l'identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ? 

Pour Sarah, c'est le début d'une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l'île de l'Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice. 

Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d'un journaliste d'investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l'une des questions qui hante chacun d'entre nous : la vie après la mort... 

Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question ! 

 

 

Mon avis

 

Voici un bon thriller qui vous fera pousser des cris ! J'ai englouti cette lecture en une journée. C'était plutôt facile quand un auteur sublime le suspense de son histoire avec un compte à rebours très stressant, un sadisme qui vous fait grincer les dents, des personnages amochés mais tellement touchants et, le comble du comble, quand le lecteur sait que ce roman est inspiré par des découvertes et des évènements réels...

C'est un roman qui ne tourne pas autour de son personnage central, Sarah Geringën, fliquette norvégienne au caractère aussi glacial que son pays. Nicolas Beuglet nous livre plutôt un duo très complémentaire en l'associant avec l'autre protagoniste tout aussi important : Christopher. Ensemble, ils vont devoir découvrir l'incroyable et l'invraisemblable qui se cachent derrière la folie d'un mort dont personne ne se souvient et dont le chiffre 488 est gravé sur le front. Cette histoire fait vraiment froid dans le dos !

Dans cette quête de vérité où la peur, les croyances, la science et les secrets d'Etat laisseront une ombre indélébile sur ceux qui s'approcheraient de trop près, le lecteur n'aura que peu de répit. Ballotté par un rythme très soutenu, surpris par ce que l'Homme est capable de faire, cette lecture vous fera sûrement réfléchir.

Pour conclure, il s'agit d'un thriller qui m'a passionné et horrifié à la fois. Une seule petite (et minuscule) déception : il s'agit du personnage de Janger. Psychopathe interné à Gaustad au tout début du roman,  car il fut déjà arrêté par notre héroïne. Une histoire du passé qui aurait mérité un approfondissement, surtout qu'il m'a semblé que l'auteur débutait son roman en pointant du doigt ce personnage, comme étant "important". Puis, plus rien... Je reste donc perplexe quant à ce protagoniste fou à lier... peut-être une ouverture pour une suite ?

 

Dans tous les cas, je vous souhaite d'aussi belles découvertes livresques ! 

cat 5 sur 5

 

 

***************