Gus T4

 

Maison d'édition : Dargaud

Date de parution : 27/01/2017

Prix chez l'éditeur : 16.95 €

Nombre de pages : 104

Nombre de tomes :  en cours

Gus T4 page 1Gus T4 page 2

 

 

Résumé

 

Après cinq ans d'absence, Gus revient dans un western trépidant.

Après l'énorme succès de Quai d'Orsay, Christophe Blain revient vers le personnage qui lui a permis de réinventer le western, genre qu'il affectionne par-dessus tout.

Cet album s'attarde plus particulièrement sur Clem, un outlaw au grand coeur ; un mélange d'aventure et de comédie sentimentale servi par le dessin virtuose de Blain.

Christophe Blain nous offre un nouveau western mouvementé pour ce 4ème tome des aventures de Gus.

 

 

Son avis

 

GUS c'est une série débridée.

Du Western inventif dans lequel Christophe Blain fait étalage d'une justesse expressive et d'un sens du rythme et du mouvement hors du commun. C'est cartoonesque, dans le dessin. Barré dans l'esprit. Il évoque, par sa vivacité, sa liberté, Gotlib, Lautrec, Daumier ou Tex Avery.

Son style, lui, est incomparable.

A contrario, les trois hors-la-lois que l'on suit au fil des albums dévoilent sous des dehors loufoques, des émotions complexes.

L'auteur nous livre une étude contemporaine du masculin, de ses faiblesses.

Tour à tour féroces et touchants, virils et maladroits, les trois protagonistes sillonnent le grand Ouest en quête de femmes à séduire, de banques ou de trains à dévaliser.

Ainsi, de rencontres en échecs, se révèlent trois caractères distincts auxquels on s'attache.

 

Dans ce quatrième tome, après une courte histoire centrée sur Gus, on poursuit notre lecture au côté de Clem, le plus stable des trois bandits. Retiré du gangstérisme, conscient de ses responsabilités, il s'est installé avec sa femme et leur fille à San Francisco, dans une vaste demeure.

Tout semble aller pour le mieux jusqu'à ce que sa nature aventureuse l'entraîne – et sa famille avec - dans de sombres péripéties jalonnées de rencontres inquiétantes.

Le dessin est, cette fois, charbonneux, l'histoire plus dense, plus grave et nimbée d'étrangeté, sans toutefois perdre en humour. Blain en profite pour explorer d'autres facettes de ses personnages, pour notre plus grand plaisir, évidemment.

Que dire d'autre si ce n'est...

Bonne lecture !

Birdman

 

 

cat 5 sur 5

 

 

 

 

**********