La mer les emportera

 

Maison d'édition : 10/18

Date de parution : 01/12/2016

Prix chez l'éditeur : 7.80 €

Nombre de pages : 312

Nombre de tomes : 1

 

 

 

Résumé

 

Dans le Grand Nord américain, les hommes de Loyalty Island partent chaque automne pêcher le crabe royal au péril de leur vie. C’est la survie de toute l’île qui dépend de cette industrie. Lorsque le décès de John Grant, le propriétaire de la flotte, menace la communauté, Henry est prêt tout pour sauver son avenir et celui des marins. Tout. Mais son fils, Cal, devine ses projets et se trouve dès lors face à un dilemme insoluble. Doit-il dénoncer le héros de son enfance ou se taire ? Un roman puissant dans lequel Dybek explore toutes les facettes de la nature humaine.

 

 

Son avis

 

« Nous ne serons jamais comme eux, mais qu'est-ce que nous pouvons être d'autre ? »

 

Dans la première partie du livre, le narrateur évoque son enfance. Il décrit le bourg de Loyalty Island dans lequel il a grandi, son odeur de hareng et de varech et ses arbres penchés, son port et  ses bateaux sur lesquels repose toute l'économie de la ville. Et puis les marins qu'il admire, partis pêcher le crabe en Alaska de l'automne au printemps. Des gens rudes, chaleureux et secrets. Son père parmi eux, son père qui lui raconte des histoires de pirates, l'été venu.

On découvre également sa mère, originaire de San Francisco, femme déracinée, passionnée de musique qui ne trouve le réconfort que dans ses vinyles, qu'elle écoute des heures durant, ainsi que dans les visites de l'armateur John Gaunt.

 Tout cela imprègne le jeune Cal, qui se construit entre un père fantasmé et une mère trop absente. Arrivé à l'âge où l'on tente de se définir, le garçon est tiraillé entre ce qui le constitue et ce à quoi il aspire. Il a la sensibilité de sa mère, mais il n'a ni la capacité ni l'envie de s'affranchir d'un milieu qui, sans qu'il ne le perçoive encore, ne lui correspond pas. Aura-t-il, à 14 ans, la force de se surmonter ?

Dans la seconde partie du roman, une succession d’événements insolubles débutés par le décès de John Gaunt, garant de la survie de la flotte locale, le confronte à des choix impossibles. Autant de conflits qui vont le pousser à s'interroger sur son identité, sa morale et celle de ses parents.

Un roman intelligent, qui questionne sur ce qui détermine les adultes que nous devenons, sur le poids de nos racines, notre enfance et les gens qui la façonnent. Le récit se lit sans ennui, nous surprend, servi par une écriture évocatrice et précise, jusqu'au dénouement qui interpelle et porte à réfléchir. Une lecture conseillée par votre serviteur !

Birdman

 

 

 

cat 5 sur 5

 

 

**********