Code 93

 

Maison d'édition : Michel Lafon

Date de parution : 18/04/2013

Prix chez l'éditeur : 18.95 €

Nombre de pages : 364

Nombre de tomes : 3

 

 

 

Résumé

 

Victor Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au cœur de la violence banalisée et des crimes gratuits.

 Une série de découvertes étranges – un cadavre qui refuse de mourir, un toxico victime d’autocombustion – l’incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3.

 Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses…

 

 

Mon avis

 

C'est par une rencontre involontaire et une curiosité débordante, que ce premier tome est arrivé entre mes mains. Cette trilogie, dont je viens de refermer le premier opus, a une histoire bien particulière, pour moi... J'ai rencontré Olivier Norek lors d'une conférence au dernier Quai du Polar. Auteur totalement inconnu à mes yeux, je n'étais pas venue pour lui, ni pour son roman, préférant les polars "à l'américaine" pour leur dépaysement total. 

Ce même jour, j'étais en plein doute... Je voyais une file d'attente interminable, totalement féminine de surcroit, devant cet auteur à l'oeil taquin et au sourire enjôleur... "Aïe... une belle gueule cache-t-elle un livre moisi ?...". Ce monsieur est donc, dons la vie, policier..."Re-Aïe... On ne s'improvise pas écrivain, vous savez ...". Ses bouquins parlent du 93 ? "... Chouette... vive le dépaysement...". Malgré tout, cela a titillé ma curiosité et j'ai acheté la trilogie, par la suite, sans pour autant la lire instantanément. J'ai laissé mijoter...

J'ai revu l'auteur, il y a deux jours, au festival du polars de Toulouse. Décidément, je n'avais toujours pas lu cette trilogie... Lors de son discours, je l'entends dire que son roman est un page-turner... J'ai été surprise par cette auto-proclamation prétentieuse. Ce qui, le lendemain, m'a fait chopper "Code 93" de son étagère, pour avoir ENFIN un avis, MON avis.

Et comment vous dire ? Et bien... J'ai lu ce livre en seulement quelques heures, accro du début à la fin, même si je pense avoir fait une légère indigestion de sigle et d'acronyme, au tout début du roman. J'ai adhéré aux personnages, surtout celui de Sam et Johanna, allez savoir pourquoi ! Une construction de l'histoire sans accro et limpide avec son lot d'angoisse, de macchabées et de tortures (j'ai caché mon fer à repasser, allez donc savoir aussi pourquoi...). Mais ce qui m'a le plus plu, c'est ce côté "politico-pourriture" sur le thème du Grand Paris et cette magouille des statistiques de la criminalité dans le 93.

Au final un grand dépaysement malgré tout, car j'ai peu lu de polars noirs ultra-réels. A chaque fait choquant, je ne pouvais m'empêcher de penser "Non mais c'est pas possible... On ne peut pas faire cela dans la vraie vie... n'est-ce pas ?!". Question qu'on ne se pose pas forcément dans les polars américains. Une plume facile à lire et plutôt agréable, qui correspond bien, à mon goût, à ce genre de roman.

Finalement, peu importe la façon dont ces livres sont arrivés dans mes mains, je suis ravie d'avoir lu le premier tome et les suivants me font déjà de l'oeil. C'est le pied ! En vous souhaitant d'aussi belles découvertes !

cat 5 sur 5

 

 

 

***************